En 2017, nous arrivons ainsi à quasi 1,4 milliards de touristes dans le monde. Tourisme de masse : des régions au bord de l'asphyxie. Le tourisme de masse est un mode de tourisme qui est apparu en raison de la généralisation des congés payés dans de nombreux pays industrialisés, la croissance du pouvoir d’achat, dans les années 1960 permettant aux « masses » populaires, à la part la plus importante de la population, de voyager et de soutenir le secteur économique du tourisme [1]. La crainte majeure des compagnies mais également de tous les autres acteurs du transport aérien : aéroports, constructeurs, motoristes, agents de handling et même les agents de voyages, est de constater une désaffection du public envers ce mode de transport. On s’est penché sur la question dans le cadre de notre rendez-vous mensuel #SauverLePrésident, en partenariat avec Le Parisien, Konbini News et France Culture. Fin du cycle Delsey et Dysney ! Mais la crise leur a fait voir ce qu’était… le vide. En 2000, nous étions « seulement » environ 700 millions à voyager.Ce chiffre a quasi doublé en moins de 20 ans. Image mignature : Photo de Kai Pilger provenant de Pexels Ce fait divers illustre une conséquence du tourisme de masse. Différent du tourisme littoral, il se pratique en montagne et est parfois vécu comme intrusif par la population locale. Voyager responsable : vers la fin du tourisme de masse ? La place de la Concorde, à Paris, entourée seulement de quelques voitures. Le Covid n’aura pas fait le vide mais le tri ! Fini le futile ! Avant la pandémie, déjà, des destinations mythiques réfléchissaient à des mesures radicales face au trop-plein de touristes. Le 27 juillet 2017, quatre activistes ont attaqué un car de touristes à Barcelone, crevant ses pneus et peignant « le tourisme tue les quartiers » sur le véhicule. Enfin moins d'avions et de bateaux ! Le tourisme de masse se manifeste par une « airbnbfication » de la capitale, un nouveau nom donné au phénomène de mise en location saisonnière des centres-villes. Un facteur de croissance et de … Il est connu comme la première forme de tourisme de masse et a un côté sportif. Il y a 2 semaines, ici même l’excellent François Perroy nous présentait une interview du sociologue Rodolphe Christin qui semblait nous annoncer la fin de tourisme.. En fait, Rodolphe Christin n’annonce pas la mort du tourisme et, c’est peut-être plus troublant encore, il appelle de ses vœux la fin du tourisme. Fini le tourisme qui fout Venise à sac, dégrade la lagune avec ses rafiots déments ! Le cycle des masses commercialisées et des grandes surfaces de tourisme ou de culture. Associé aux stations balnéaires, le tourisme balnéaire est certainement le type de tourisme le plus répandu. Simplement, « la sécurité sanitaire devra faire partie intégrante, peut-être pour toujours, des produits et du “story telling” des fournisseurs de services ». Les chiffres du tourisme en 2018. Comme si le temps s’était arrêté. De là à sonner le glas du tourisme de masse ?